728 X 90

LE PRIX SCIENCES PO POUR L’ART CONTEMPORAIN

25 avril 2014
TEXTE FLORENT PAPIN
PHOTOGRAPHIE GUILLAUME DE SARDES

Le 5ème Prix Sciences Po pour l’art contemporain a été décerné le 24 avril 2014. Deux jeunes artistes ont été distingués à cette occasion : Elizaveta Konovalova, qui a reçu le Prix du jury pour sa performance filmée « Le Sifflet », et Thibault Brunet, lauréat du Prix du public, récompensé pour son installation « Ailleurs ». Quelques semaines plus tôt, Prussian Blue était allé à la rencontre des organisateurs du prix.

Fondé en 2010, le Prix Sciences Po pour l’art contemporain récompense chaque année le travail d’un créateur de moins de 35 ans établi en France. Les esprits bourdieusiens décèleront sans doute une stratégie de champ dans cette initiative, par laquelle deux positions dominantes se renforcent mutuellement : celle d’une institution universitaire formant et reproduisant les élites, et celle d’un univers volontiers perçu comme un club sélect, réservé aux initiés et aux puissants – qui, passée l’entrée, ne font pas nécessairement un. A ce soupçon de l’entre-soi, il est raisonnable d’opposer deux observations. Premièrement, Sciences Po a engagé un authentique compagnonnage scientifique avec l’art contemporain. Sous la houlette de l’éminent Bruno Latour, l’institution a monté un passionnant programme d’expérimentation en arts et politique, au sein duquel chercheurs et artistes travaillent de concert à représenter autrement les enjeux du monde contemporain, pour ouvrir de nouveaux espaces d’action collective et dépasser une certaine crise du politique. Deuxièmement, les motivations du prix et celles des étudiants qui l’organisent trahissent plus certainement une passion généreuse qu’une arithmétique sociologique. Heryte Tefery Tequame, étudiante en Master communication et directrice artistique du prix, nous en a en tout cas convaincu.

Pourquoi avoir créé un prix d’art contemporain à Sciences Po ?

Depuis son lancement en 2010 par quatre étudiants, le prix poursuit une double ambition : promouvoir la jeune création et sensibiliser à l’art contemporain. Il est frappant de constater que de nombreux étudiants de Sciences Po imaginent que l’art contemporain est un milieu fermé, où les jeunes n’ont pas leur place. Le but du prix est de leur prouver le contraire.

Par quels moyens ?

En soutenant de jeunes artistes tout d’abord : il est important de montrer que les nouvelles générations sont parties prenantes du monde de l’art, et qu’à ce titre, l’art contemporain est en mesure de parler un langage d’aujourd’hui, disant quelque chose de notre temps. Ensuite, le prix est conçu de telle sorte qu’il puisse impliquer le plus grand nombre d’élèves possible : l’équipe organisatrice, composée exclusivement d’étudiants, est renouvelée à chaque édition; un élève participe systématiquement au jury ; des événements autour de l’art contemporain sont organisés tout au long de l’année. Nous allons par exemple lancer dans les prochaines semaines un projet collaboratif, « Is this art ? », où les étudiants seront amenés à questionner les modalités du jugement artistique, à partir d’objets ou de situations qu’ils auront photographiés et partagés sur Instagram. Enfin, complémentaire au prix principal, un prix du public a été créé : durant l’exposition des œuvres, à Sciences Po, dans un cadre moins intimidant qu’une galerie, les visiteurs pourront voter pour leur œuvre coup de cœur, via des tablettes numériques.

Comment s’opère la sélection des artistes, et qui attribue le prix ?

Dans un premier temps, l’équipe organisatrice constitue un comité de sélection, composé de dix figures du monde de l’art – responsables d’institution, curateurs, artistes… Il revient à chacun des membres du comité de proposer un artiste de son choix. Les artistes sélectionnés soumettent une œuvre originale ou préexistante à un jury, lui-même composé de dix personnes faisant autorité dans le monde de l’art et de la culture. A titre d’exemple, Laurence Bertrand Dorléac, Antoine de Galbert, Marie Laure Bernadac, Jean de Loisy, Xavier Veilhan ou Jérôme Poggi ont été jurés. Dans le comité de sélection comme dans le jury, nous veillons à ce qu’un spectre large de profils et d’appétences artistiques soit représenté, notamment pour valoriser des pratiques très contemporaines comme l’art numérique ou le street art.

Ces personnalités confèrent visibilité et légitimité à votre initiative : doit-on en déduire que vous nourrissez de grandes ambitions pour le prix ?

Notre préoccupation première est d’ouvrir l’art contemporain, de le rendre accessible et désirable. Mais nous assumons et revendiquons également l’ambition de devenir un prix de référence, prescripteur, qui marque un avant et un après pour les artistes sélectionnés, et a fortiori le lauréat. La dotation y concourt, puisque le vainqueur reçoit cinq mille euros et bénéficie d’une résidence à la Vrije Academie. Nous suivons d’ailleurs avec attention la trajectoire des lauréats. La reconnaissance dont jouit aujourd’hui un Guillaume Bresson, qui a remporté le prix lors de sa première édition, ou Simon Nicaise, lauréat 2011, est un grand motif de satisfaction. Cela accroit notre détermination à inscrire durablement le prix dans le paysage de l’art contemporain français.

A propos de l'auteur

Florent Papin

Florent Papin est diplômé de l’École normale
supérieure de Cachan et de Sciences Po. Il exerce une
activité de conseil auprès de grandes institutions
culturelles. Il est par ailleurs poète.

Voir tous les articles de Florent Papin

A propos du photographe

Guillaume de Sardes

Guillaume de Sardes est écrivain, photographe et vidéaste. Il dirige la rédaction de Prussian Blue.

Voir toutes les contributions photographiques de Guillaume de Sardes
Suivre Guillaume de Sardes sur Twitter

(1) Commentaire

  1. 16 décembre 2015 à 20 h 08 min

    Savez-vous que le Grand Prix Mondial d'Art Contemporain, d'une valeur de 500 000 €, va être institué par le créateur du mouvement artistique Top Art dès qu'il aura cédé sa sculpture qui peut faire gagner 3 millions à l'intermédiaire qui lui trouvera un acquéreur qui pourra gagner 20 milliards et récolter 50 milliards pour nourrir, loger et soigner des multitudes de pauvres ? Les principales explications sur ce vaste concept se trouvent sous ce lien http://www.ucidomi.fr/lovetopstar/lovemobile.html

Laisser un message

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

ACHETER PRUSSIAN BLUE

TWEETS

Facebook